aliter


aliter
ālĭtĕr, adv. [alis] [st1]1 [-] autrement, d'une autre façon.    - tu aliter decernere eadem in causa non potuisti, Cic. Verr. 5, 56 : pour toi, avoir une décision différente dans une cause identique, c'était impossible.    - cum omnia aliter offendisset ac jusserat, Cic. Rep. 1, 59 : ayant trouvé toutes choses autrement qu'il n'avait ordonné.    - aliter ac superioribus annis, Caes. BG. 5, 24, 1 : autrement que les années précédentes.    - quod iste aliter atque ut edixerat decrevisset, Cic. Verr. 1, 119 : parce que cet individu avait rendu ses décisions d'une manière différente de celle qu'avait fixée son édit.    - quod de puero aliter ad te scripsit et ad matrem de filio, non reprehendo, Cic. Att. 10, 11, 1 : ce fait d'avoir écrit à toi sur l'enfant autrement qu'à la mère sur son fils, je ne le blâme pas.    - cf. Cic. Fin. 5, 89; Att. 11, 23, 1.    - ne aliter quam ego velim meum laudet ingenium, Cic. Verr. 1, 24, pour qu'il ne loue pas mon talent autrement que je ne le voudrais moi-même.    - cf. Cic. Inv. 2, 66; Quinct. 84; Liv. 5 30, 1; 6, 41, 6 ; 8, 7, 20.    - non aliter nisi : non autrement que si, par aucun autre moyen que.    - aliter obsistere fato fatetur se non potuisse nisi ad has commenticias declinationes confugisset, Cic. Fat. 48 : il [Epicure] reconnaît qu'il n'avait pas d'autre moyen pour s'opposer au destin que de recourir à cette chimérique déclinaison des atomes.    - cf. Cic. Fat. 27; Fam. 1, 9, 21.    - negat aliter urbem se accepturum, nisi decreto accersitus esset, Liv. 32, 38, 4 : il déclare qu'il n'acceptera la ville qu'à la condition d'être appelé par décret.    - cf. Liv. 35, 39, 4 ; 37, 54, 8, etc.    - aliter cum tyranno, aliter cum amico vivitur, Cic. Lael. 89 : les relations sont d'une nature différente avec un tyran et avec un ami.    - aliter Diodoro, aliter Philoni, Chrysippo aliter placet, Cic. Ac. 2, 143 : Diodore est d'une opinion, Philon d'une autre, et d'une autre Chrysippe.    - aliter atque aliter : autrement et encore autrement.    - aliter atque aliter exprobrans mollitiam, Sen. Const. 18, 3 : lui reprochant ses moeurs efféminées en termes sans cesse renouvelés (de mille manières).    - cf. Sen. Nat. 6, 16, 1; Ep. 27, 9 ; 89, 5.    - alii aliter : les uns d'une façon, les autres d'une autre.    - aliter cum aliis loqui, Cic. Att. 7, 8, 1 : parler aux uns d'une manière, aux autres d'une autre.    - cf. Cic. de Or 2, 79; Div. 2, 46.    - reditus Demetrii aliter aliorum adfecerat animos, Liv. 39, 53, 1 : le retour de Démétrius avait produit des impressions diverses. [st1]2 [-] autrement, sans quoi.    - di mentem illi dederunt, ut huic faceret insidias; aliter perire pestis illa non potuit, Cic. Mil, 88 : ce sont les dieux qui lui ont inspiré la pensée de dresser des embûches à mon client; autrement ce fléau n'aurait pas pu périr.    - cf. Cic. de Or. 2, 252 ; 3, 106; Lael. 74, etc..    - id sibi contendendum aut aliter non traducendum exercitum existimabat, Caes. BG. 4, 17, 2 : il devait, pensait-il, faire cet effort ou, à défaut, renoncer à faire traverser son armée.    - cf. Caes. BG. 5, 29, 2. [st1]3 [-] [expressions]    - longe aliter est, Cic. Amer. 138 : il en est tout autrement. --- cf. de Or. 2, 365, etc.    - etsi aliter apud te est de Coriolano, Cic. Br. 42 : quoique chez toi il y ait une autre version à propos de Coriolan.    - est longe aliter in versibus, Cic. Or. 198 : il en va tout autrement en poésie.
* * *
ālĭtĕr, adv. [alis] [st1]1 [-] autrement, d'une autre façon.    - tu aliter decernere eadem in causa non potuisti, Cic. Verr. 5, 56 : pour toi, avoir une décision différente dans une cause identique, c'était impossible.    - cum omnia aliter offendisset ac jusserat, Cic. Rep. 1, 59 : ayant trouvé toutes choses autrement qu'il n'avait ordonné.    - aliter ac superioribus annis, Caes. BG. 5, 24, 1 : autrement que les années précédentes.    - quod iste aliter atque ut edixerat decrevisset, Cic. Verr. 1, 119 : parce que cet individu avait rendu ses décisions d'une manière différente de celle qu'avait fixée son édit.    - quod de puero aliter ad te scripsit et ad matrem de filio, non reprehendo, Cic. Att. 10, 11, 1 : ce fait d'avoir écrit à toi sur l'enfant autrement qu'à la mère sur son fils, je ne le blâme pas.    - cf. Cic. Fin. 5, 89; Att. 11, 23, 1.    - ne aliter quam ego velim meum laudet ingenium, Cic. Verr. 1, 24, pour qu'il ne loue pas mon talent autrement que je ne le voudrais moi-même.    - cf. Cic. Inv. 2, 66; Quinct. 84; Liv. 5 30, 1; 6, 41, 6 ; 8, 7, 20.    - non aliter nisi : non autrement que si, par aucun autre moyen que.    - aliter obsistere fato fatetur se non potuisse nisi ad has commenticias declinationes confugisset, Cic. Fat. 48 : il [Epicure] reconnaît qu'il n'avait pas d'autre moyen pour s'opposer au destin que de recourir à cette chimérique déclinaison des atomes.    - cf. Cic. Fat. 27; Fam. 1, 9, 21.    - negat aliter urbem se accepturum, nisi decreto accersitus esset, Liv. 32, 38, 4 : il déclare qu'il n'acceptera la ville qu'à la condition d'être appelé par décret.    - cf. Liv. 35, 39, 4 ; 37, 54, 8, etc.    - aliter cum tyranno, aliter cum amico vivitur, Cic. Lael. 89 : les relations sont d'une nature différente avec un tyran et avec un ami.    - aliter Diodoro, aliter Philoni, Chrysippo aliter placet, Cic. Ac. 2, 143 : Diodore est d'une opinion, Philon d'une autre, et d'une autre Chrysippe.    - aliter atque aliter : autrement et encore autrement.    - aliter atque aliter exprobrans mollitiam, Sen. Const. 18, 3 : lui reprochant ses moeurs efféminées en termes sans cesse renouvelés (de mille manières).    - cf. Sen. Nat. 6, 16, 1; Ep. 27, 9 ; 89, 5.    - alii aliter : les uns d'une façon, les autres d'une autre.    - aliter cum aliis loqui, Cic. Att. 7, 8, 1 : parler aux uns d'une manière, aux autres d'une autre.    - cf. Cic. de Or 2, 79; Div. 2, 46.    - reditus Demetrii aliter aliorum adfecerat animos, Liv. 39, 53, 1 : le retour de Démétrius avait produit des impressions diverses. [st1]2 [-] autrement, sans quoi.    - di mentem illi dederunt, ut huic faceret insidias; aliter perire pestis illa non potuit, Cic. Mil, 88 : ce sont les dieux qui lui ont inspiré la pensée de dresser des embûches à mon client; autrement ce fléau n'aurait pas pu périr.    - cf. Cic. de Or. 2, 252 ; 3, 106; Lael. 74, etc..    - id sibi contendendum aut aliter non traducendum exercitum existimabat, Caes. BG. 4, 17, 2 : il devait, pensait-il, faire cet effort ou, à défaut, renoncer à faire traverser son armée.    - cf. Caes. BG. 5, 29, 2. [st1]3 [-] [expressions]    - longe aliter est, Cic. Amer. 138 : il en est tout autrement. --- cf. de Or. 2, 365, etc.    - etsi aliter apud te est de Coriolano, Cic. Br. 42 : quoique chez toi il y ait une autre version à propos de Coriolan.    - est longe aliter in versibus, Cic. Or. 198 : il en va tout autrement en poésie.
* * *
    Aliter, pen. corr. Aduerbium qualitatis. Ci. Autrement, En autre maniere.
\
    Aliter, geminatum. Cic. Aliter enim cum tyranno, aliter cum amico viuitur. D'une facon avec l'un, et d'autre facon avec l'autre.
\
    Aliter leges, aliter philosophi tollunt astutias. Cic. Les loix d'une sorte, et les philosophes d'une autre.
\
    Aliter atque aliter numen erumpens. Plin. En diverses manieres.
\
    Diis aliter visum. Virgil. Dieu l'a voulu autrement.
\
    Aliter dicimus ac Stoici. Cic. Autrement que.
\
    Aliter, pro Alioqui. Liu. Colum. Autrement, Sans cela.

Dictionarium latinogallicum. 1552.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • aliter — [ alite ] v. tr. <conjug. : 1> • fin XIIe; de lit ♦ Faire prendre ou garder le lit à (un malade). Pronom. ⇒ se coucher. Il a dû s aliter hier. Un infirme alité depuis des années. ⇒ grabataire. ● aliter verbe transitif Forcer quelqu un à… …   Encyclopédie Universelle

  • Aliter — Aliter, which in the Latin language means otherwise or by another way , is a traditional part of mathematical jargon. It is used to announce to the reader an alternative method, or proof of a result. In a proof it therefore flags a piece of… …   Wikipedia

  • aliter — (a li té) v. a. 1°   Forcer à se mettre au lit. Il n y a qu une grande maladie qui puisse l aliter. 2°   En termes de pêche, aliter des sardines, les arranger par lits. 3°   S aliter, v. réfl. Se mettre au lit. Il a été contraint de s aliter.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ALITER — v. tr. Forcer à se mettre au lit, à garder le lit. Cette blessure l’a alité pendant trois mois. S’ALITER signifie Se mettre, se tenir au lit pour cause de maladie. Il y avait longtemps qu’il traînait; enfin il a été contraint de s’aliter …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • aliter — S ALITER, avec le pronom personnel. Se mettre, se tenir au lit pour cause de maladie. Il y avoit long temps qu il traînoit, enfin il a été contraint de s aliter. Alité, ée. participe. Elle est alitée depuis hier …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ALITER — v. a. Forcer à se mettre au lit, à garder le lit. Cette blessure l a alité pendant trois mois.   Il s emploie plus ordinairement avec le pronom personnel, et signifie, Se mettre, se tenir au lit pour cause de maladie. Il y avait longtemps qu il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • aliter — vt. ptâ u lyai <mettre au lit> (001) ; alitâ (Villards Thônes). E. : Coucher. A1) s aliter : se ptâ u lyai <se mettre au lit> (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • aliter — adverb otherwise …   Wiktionary

  • aliter — ali|ter <lat. > anders …   Das große Fremdwörterbuch

  • aliter — adj. (Law) that requires a different law or rule to be applied …   English contemporary dictionary

  • aliter — al·i·ter …   English syllables


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.